© Titouan Massé

Ouverture des portes : 20h
Début des concerts : 20h30
Concert assis en formule cabaret (120 places)

Accessibilité H

Plein tarif 12€ / tarif réduit 10€ / tarif adhérent 8€ / tarif minima sociaux 5€

Le tarif adhérent vous permet de bénéficier d'un concert à prix réduit par semestre :
Arm + Vîrus à 5€ ou Toybloïd + SUN à 10€ ou We hate you please die + Marietta à 5€

We Hate You Please Die

Remettre la fureur au goût du jour à grands coups de fuzz sans oublier quelques gouttes de pop. Moyenne d’âge 24 ans, We Hate You Please Die recherche une certaine transe, celle qui ne s’encombre pas des genres. Du brut et de l’électricité, du garage et du punk-rock : voilà l’équation parfaite d’un jeune groupe dont on devine l’admiration pour Ty segall, les Cramps, Fucked Up ou les Stooges.
Originaire de Rouen, le groupe a sorti son premier album intitulé Kids are Lo-fi en octobre 2018 et a entamé plusieurs séries de concerts. En 2019, We Hate You Please Die a été lauréat du tremplin John Session Beauregard et sélectionné aux
iNOUïS du printemps de Bourges.

FBIN

Marietta

Pilier de la Grande Triple Alliance de l’Est, Guillaume Marietta a également travaillé avec A.H. Kraken, Plastobéton et The Feeling Of Love. En 2015, il sort son premier album solo, Basement Dreams Are The Bedroom Cream, sublime collection de chansons bricolées sur un magnéto 4 pistes. Puis, il revient avec son deuxième album La Passagère jonglant entre le rock le plus exigeant et la chanson la plus engageante. Son dernier disque Prazepam St. est à la fois plus dense et plus ludique. « Je voulais m’amuser, explique Marietta. Construire un monde sombre et lumineux avec mes petites mains et du matériel de récupération, comme David Lynch à l’époque d’Eraserhead » – un des principaux points de repères de l’album. On y retrouve le côté artisanal du premier album, celui plus flamboyant et ambitieux du deuxième, mais aussi des traces des irruptions stridentes d’AH Kraken, des grandes embardées cosmiques de Feeling Of Love ou du groove magouilleur de Funk Police. Au delà de ces références personnelles, Marietta a ajouté ses influences adolescentes dans lesquelles il s’est replongé durant l’enregistrement – Sonic Youth, Beck, Nirvana, les Beastie Boys, mais aussi Jim O’Rourke ou David Pajo...

chargement