© Ji Dru

Durée 1H

Tarif A

Accessibilité

Depuis sa naissance au Cameroun, Sandra Nkaké a connu un itinéraire singulier à la curiosité perspicace.

Une rencontre avec Nana Vasconcelos, un duo avec Grand Corps Malade, une première partie d’Al Jarreau, une reprise de « La mauvaise Réputation » de Brassens, un quatuor a cappella avec Jeanne Added, Camélia Jordana et Raphaële Lannadère, l’artiste aime la diversité.

Révélation des Victoires du Jazz 2012, elle ne se contente pas de la musique car elle a aussi joué Les Sorcières de Salem au théâtre, et est apparue au cinéma dans des films exigeants comme ceux de Lucas Belvaux

Éclectique et effervescente, à la fois entière et multiple, Sandra Nkaké est, cette fois, en quête d’intimité, de sons organiques et acoustiques. Une voix libre qui n’aime pas être enfermée dans une case. Une voix à frissons.

 

[ELLES] est un trio acoustique mené par Sandra Nkaké

Un moment de musique sensible et épuré constitué de chansons composées exclusivement par des femmes (Joni Mitchell, Nina Simone, Emily Loizeau, Björk…) qui ont accompagné son chemin de vie, projet qui lui tient à cœur. C'est un petit bijou qui ne donnera pas lieu à un album et qui restera un moment de partage pour ceux qui auront la chance de le voir. 

Le mot de l’Artiste :

« Ce sont des chansons écrites par des musiciennes dans le parcours et la musique m'a touchée. Parmi elles : Joni Mitchell, Nina Simone, Emily L'oiseau, Björk. Le répertoire comprend aussi de chansons inédites que j'ai écrites. 
L'envie de créer ce moment de musique particulier est né de mon par rapport à un nouvel instrument : la guitare. J'ai eu envie de revenir à une forme très épurée de chanson, comme l'aurait fait une ménestrelle. Réécouter Colette Magny m'a donné beaucoup de force.

Les chansons que nous portons sont totalement déshabillées de leur production initiale et revêtent désormais l'univers que nous leur avons rêvé puis construit.

Je les chante comme si elles étaient miennes parce qu’elles font partie de moi.

[ELLES] est une manière de partager mon rapport intime à la musique et à ma voix.

Dans notre monde de plus en plus violent, rapide, prédateur et qui pousse au tout technologique j'ai eu envie de bienveillance, de lenteur, de douceur et de sons organiques et acoustiques. Enfin envie de remercier toutes ces femmes compositrices parce que l'heure de la parité aurait déjà dû sonner. Alors d'ici là j'opte pour la sonorité. »

Sandra Nkaké

 

Production

Production Karamba

Distribution

Sandra Nkaké chant, guitare

Paul Colomb  violoncelle

Jî Drû  flûte traversière

Diliana Vekhoff lumières

Alan Le Dem son

chargement