© Loïc Nys

Durée 2H

Tarif B

Accessibilité

Ce spectacle est disponible en audio-description

Tous ces mots s’interpellent et font écho à ce que les autrices Alice Carré et Margaux Eskenazi, également metteuse en scène, nomment les « poétiques-politiques ».

Une traque minutieuse de la mémoire coloniale et de ses oublis.

De 1955 à 2001, un demi-siècle revu à travers ces bribes d’Histoire, ces instants reconstitués, ces témoignages croisés avec les voix des poètes politiques, Camus et Kateb, Dib et Ferraoun Djebar et Sartre, Lindon et Serreau.

Les faits historiques sont restitués, les textes lus, les discours cités.

Les comédiens changent de personnages, de temps et de lieux.

Une polyphonie singulière et signifiante, accentuée par une distribution sans critère de sexe, de couleurs de peau ou de nationalité où chacun joue son rôle sans déterminisme préalable.

Après Nous sommes de ceux qui disent non à l’ombre, Et le coeur fume encore est le deuxième volet du diptyque Écrire en pays dominé, un titre emprunté par la Compagnie Nova à l’écrivain martiniquais Patrick Chamoiseau.

Ainsi, après les mondes de la négritude et de la créolité, c’est l’Algérie qui est au cœur de cette « investigation théâtrale sur les écritures et les pensées de la décolonisation ». 

 

La jeune compagnie Nova explore la mémoire des acteurs du conflit avec une énergie et un talent incontestables. Libération

 

Les blessures mémorielles de la guerre d’Algérie. Le Monde

 

Le théâtre donne des clés. Une pièce salutaire. L'Humanité

 

Alice Carré et Mrgaux Eskenazi réussissent haut la main. Le Canard enchaîné

 

Et le coeur fume encore s’est aussi construit à partir de témoignages individuels et d’improvisations de plateau, et conjugue contre l’amnésie les mots et la musique, la fiction et l’Histoire. La Terrasse

 

Une pépite. La Provence

 

Percutant, c’est le moins qu’on puisse dire ! Les Inrockuptibles

 

Parce que le théâtre sort grandi d’avoir ainsi éveillé nos consciences. Fabuleux. Télérama

 

Dans "Et le coeur fume encore", on rit, on a les larmes aux yeux. Le plaisir du théâtre enfle à en devenir jubilatoire. Sceneweb

 

Une émouvante fresque sur la guerre d’Algérie. Toute la culture

 

Production

Production La Compagnie Nova et FAB - Fabriqué à Belleville


Avec le soutien du Conseil Régional d’Ile-de-France, de la ville des Lilas, du Conseil
Départemental du 93, de Lilas-en-Scène, de la Ferme Godier (dans le cadre de la
résidence action et territoire de la DRAC Ile-de-France), du Studio Théâtre de Stains,
du Collectif 12, du Centre Culturel de la Norville, d’Arcadi, de la Région Ile-de-France
et de de la Grange Dîmière à Fresnes, de la fondation E.C Art Pomaret, de la
SPEDIDAM et de la fondation d’entreprise VINCI pour la Cité.


Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National

Distribution

Conception, montage et écriture

Alice Carré et Margaux Eskenazi


Avec des extraits de Kateb Yacine, Assia Djebar, Jérôme Lindon et de « Le Cadavre encerclé de Kateb Yacine et la préface d’Edouard Glissant, publiés par les Editions du
Seuil »


Mise en scène

Margaux Eskenazi


Collaboration artistique

Alice Carré
Espace Julie Boillot-Savarin


Lumières

Mariam Rency


Création sonore

Jonathan Martin


Costumes

Sarah Lazaro


Vidéo

Mariam Rency et Jonathan Martin


Régie générale et lumières

Marine Flores


Avec Armelle Abibou, Loup Balthazar, Salif Cissé, Malek Lamraoui, Yannick Morzelle
en alternance avec Lazare Herson-Macarel, Raphael Naasz et Eva Rami


Alternance régie en tournée


Régisseuse Lumière

Leslie Desvignes


Régisseur Son

William Leveugle
 

Avec les voix de Paul Max Morin, Nour-Eddine Maâmar et Eric Herson-Macarel

chargement